samedi 2 décembre 2017

Fendre la page blanche

Un fin silence.
Un épais brouillard.
La poussière qui s'amoncelle.

En un souffle, dégager tout cela.
Une inspiration et, dans un roulement, un acte impromptu,
Reprendre le rythme, s'accorder au ressac, ré-adopter son corps.

Mettre en veille ses faiblesses
Croquer, lécher, envelopper
Et remuer les fesses.

Fendre la page blanche.

Pour lire les précédents billets : Les effeuillages du soir sur In Virgo

1 commentaires :

ici et ailleurs a dit…

La page blanche comme un joli fessier
:)

Enregistrer un commentaire